Rechercher par
Azerbaïdjan

Emin Aslan

Avocat Azerbaïdjan
Emprisonné

Soutenez Emin Aslan

Causes défendues :

Azerbaïdjan : l’avocat des droits de l’Homme Emin Aslan kidnappé

Paris, le 6 juin 2018,

L’Observatoire international des avocats en danger (ci-après, « OIAD ») est très préoccupé par l’enlèvement de l’avocat azerbaïdjanais Emin Aslan par les autorités.

Emin Aslan est intervenu dans plusieurs affaires de litiges portant sur la liberté d’information et la diffamation lorsqu’il était l’un des avocats de l’Institut des droits des médias. Il a représenté Khadija Ismayilova, une journaliste d’investigation qui a écrit de nombreux articles sur la corruption au sein du gouvernement, visant le président Ilham Aliyev.

Le 4 juin, le défenseur des droits humains a été enlevé devant sa fiancée, forcé de monter dans une voiture et emmené vers une direction inconnue. Pendant des heures, sa localisation était inconnue, mais le lendemain, le Département de lutte contre le crime organisé a confirmé la détention d’Aslan. Cette unité est connue pour son usage de la torture. [...]

Le 5 juin, un tribunal local a condamné Aslan à 30 jours de détention administrative pour désobéissance à la police. Il n’y a aucune certitude qu’Aslan sera libéré après 30 jours de détention. Il s’est vu refuser l’accès à un avocat et n’a pas pris contact avec sa fiancée ou sa famille.

Aslan venait d’obtenir son diplôme du Collège de droit de l’Université de Syracuse aux États-Unis et était de retour en Azerbaïdjan depuis quatre jours avant d’être arrêté. Juste avant de quitter les Etats-Unis, Aslan a exprimé sa crainte d’être enlevé à son retour en Azerbaïdjan.

L’OIAD appelle les autorités azerbaïdjanaises à respecter les Principes de base relatifs au rôle du barreau, adoptés par les Nations-Unies à la Havane en 1990 qui prévoient notamment que :

« Les pouvoirs publics veillent à ce que les avocats a) puissent s’acquitter de toutes leurs fonctions professionnelles sans entrave, intimidation, harcèlement ni ingérence indue; b) puissent voyager et consulter leurs clients librement, dans le pays comme à l’étranger; et c) ne fassent pas l’objet, ni ne soient menacés de poursuites ou de sanctions économiques ou autres pour toutes mesures prises conformément à leurs obligations et normes professionnelles reconnues et à leur déontologie. » Principe 16.

« Les avocats ne doivent pas être assimilés à leurs clients ou à la cause de leurs clients du fait de l’exercice de leurs fonctions ». Principe 18.

L’Observatoire appelle les autorités azerbaïdjanaises à tout mettre en œuvre pour protéger son intégrité physique et morale.

L’Observatoire exhorte les autorités azerbaïdjanaises à libérer Emin Aslan et à abandonner toutes les charges retenues contre lui.