Rechercher par
Chine

Pu Zhiqiang

Avocat Chine
Emprisonné

Soutenez Pu Zhiqiang

Causes défendues :

L’avocat Pu Zhiqiang né à Tangshan en 1965. Particulièrement engagé dans la protection de la liberté d’expression, et salué par ses pairs pour son éloquence et son courage, il est connu pour avoir défendu en 2011 l’artiste dissident Ai WeiWei, qui, comme lui, avait manifesté en faveur de la démocratie sur la place Tian’anmen en 1989.

En 1991, Pu Zhiqiang, alors jeune diplômé d’un master en droit, est déjà surveillé de près par le régime, à tel point que son activisme lui vaudra de se voir interdire de travailler. Ceci l’amène en 1995 à passer l’examen du barreau, et à entamer en 1997 une carrière d’avocat. Celle – ci sera marquée par plusieurs grands combats en faveur des droits de l’Homme, et ponctuée de commentaires fustigeant le parti communiste chinois.

Au nombre des causes défendues par ce militant, on trouve notamment l’abolition de la « rééducation par le travail », qui autorisait les autorités à condamner des personnes pour des délits mineurs à quatre ans de travaux forcés maximum, et ce en dehors de tout procès. Ce système sera finalement supprimé fin 2013. Un autre combat marquant est celui de la dénonciation du « shuanggui », un système de détention abusif et illégal en vertu duquel des officiels chinois sont détenus et torturés en dehors de toute procédure judiciaire, au nom de la campagne anticorruption menée par le président Xi Jinping. En 2016, l’association Human Rights Watch a repris le flambeau de cette cause, en publiant début décembre un rapport de 102 pages sur le sujet. [...]

Vingt-cinq ans après les manifestations de Tian’amnen, qui avaient marqué le point de départ de l’engagement de Pu Zhinqian, une commémoration privée est organisée à Pékin en mai 2014. C’est à cette occasion et dans ce prétexte que Zhinqian sera arrêté et placé en détention provisoire le 6 mai. Selon l’avocat Teng Biao, autre figure du mouvement des droits civiques en Chine, la mise en état d’arrestation de Pu Zhiqiang marque le début d’une offensive à l’encontre des avocats défenseurs des droits de l’Homme chinois.

Pu Zhiqiang passera un an et demi en prison avant de comparaître en décembre 2015 devant une Cour Populaire de Pékin pour « incitation à la haine raciale », et « provocation de troubles ».