Rechercher par
Pakistan

Shafiq Ahmed

Avocat Pakistan
Disparu

Soutenez Shafiq Ahmed

Causes défendues :

PAKISTAN : Enlèvement de l’avocat et défenseur des droits de l’Homme, M. Shafiq Ahmed.

Lundi 16 décembre 2019.

Pour la deuxième fois en l’espace de huit mois, l’avocat et défenseur des droits de l’Homme de 38 ans, Shafiq Ahmed, a été victime d’enlèvement dans la province du Pendjab.

L’avocat avait été enlevé en mars 2019. Il avait été détenu au secret et forcé d’avouer qu’il utilisait ses réseaux sociaux pour communiquer avec des éléments anti-pakistanais. Il a ensuite été retrouvé sur le bord de la route dans une ville voisine. Victime d’actes de torture d’une particulière gravité, Shafiq Ahmed a été hospitalisé pendant plusieurs mois.

L’avocat a ensuite été inculpé sur le fondement de la loi sur la cybercriminalité, une loi contestée au Pakistan comme portant gravement atteinte à la liberté d’expression. Il lui est reproché d’avoir transmis des messages et des informations au Mouvement Pachtoune Tahafuz (Pashtun Tahafuz Movement – PTM), un mouvement autochtone des zones tribales. L’avocat a cependant été libéré sous caution.

Shafiq Ahmed est en effet connu pour ses publications sur Twitter et Facebook en faveur du mouvement de protection des Pachtounes et contre les politiques de l’Etat. Selon son frère, il recevait de nombreuses menaces de mort par téléphone.

Selon les dernières informations, il a été à nouveau enlevé le 10 décembre 2019, Journée internationale des droits de l’Homme, par une demi-douzaine de personnes en civil, appartenant vraisemblablement à la célèbre agence de renseignement pakistanaise, l’ISI. Les hommes qui l’attendaient devant chez lui ont forcé l’avocat a monté dans un véhicule en fin d’après-midi. Il reste encore aujourd’hui introuvable.

L’OIAD exprime sa vive préoccupation quant aux risques de torture, voire d’exécution extrajudiciaire, encourus par l’avocat Shafiq Ahmed dans le cadre de cette détention arbitraire.

L’OIAD  exhorte les autorités à retrouver l’avocat Shafiq Ahmed et à poursuivre les auteurs de cet enlèvement.