Rechercher par
Chine

Xie Yanyi

Avocat Chine
Emprisonné

Soutenez Xie Yanyi

Causes défendues :

Chine : l’avocat Xie Yanyi agressé, emprisonné lors de son audience de radiation

Paris, le 22 mai 2018,

L’Observatoire international des avocats en danger (ci-après, « OIAD ») est préoccupé concernant la situation de l’avocat chinois XIE Yanyi qui a été agressé et emprisonné lors de son audience de radiation.

L’avocat des droits de l’homme, Xie Yanyi, a été l’un des avocats arrêtés lors de la « répression de 709 » en 2015, au cours de laquelle le gouvernement chinois a arrêté environ 300 avocats et militants. Il est maintenant accusé de « violations déontologiques » qui pourraient lui faire perdre le droit d’exercer le droit.

[...]

En avril 2018, Xie Yanyi a remarqué que sa licence d’exercer était inscrite comme «nulle» sur le site Internet du Bureau de la Justice de Pékin ce qui l’empêchait donc de pratiquer légalement.

Au début du mois de mai, Xie Yanyi a été informé qu’une audience formelle se tiendrait le 16 mai devant le Barreau de Pékin, afin de déterminer si les infractions qu’il aurait commises sont suffisantes pour justifier la révocation de sa licence d’exercice. Il a demandé que cette audience soit reportée, mais sa demande a été rejetée.

Le 16 mai, avant d’entrer dans le bâtiment, Xie Yanyi a été agressée physiquement par la police. Chui Chun-ming, un caméraman de Hong Kong travaillant pour Now TV, a été témoin de l’agression et a vu la police saisir l’avocat et le plaquer au sol. Xie Yanyi et sa femme ont ensuite été détenus pendant plusieurs heures.

L’OIAD appelle les autorités chinoises à respecter les Principes de base relatifs au rôle du barreau, adoptés par les Nations-Unis à la Havane en 1990 qui prévoient notamment que :

« Les pouvoirs publics veillent à ce que les avocats a) puissent s’acquitter de toutes leurs fonctions professionnelles sans entrave, intimidation, harcèlement ni ingérence indue; b) puissent voyager et consulter leurs clients librement, dans le pays comme à l’étranger; et c) ne fassent pas l’objet, ni ne soient menacés de poursuites ou de sanctions économiques ou autres pour toutes mesures prises conformément à leurs obligations et normes professionnelles reconnues et à leur déontologie. » Principe 16.

L’OIAD appelle les autorités chinoises à garantir que Xie Yanyi est en mesure d’exercer ses fonctions professionnelles de manière libre et indépendante, mettant fin à toute forme d’intimidation ou de harcèlement contre sa famille;

L’OIAD exhorte les autorités chinoises à abandonner toutes les poursuites contre Xie Yanyi.